Le Gardien

Publié: 07/09/2013 dans Inspirations
Tags:,
Le Gardien

Le Gardien

Les brumes, lentement laissèrent place à la scène que je n’aurais voulu voir. Toutes les fibres de l’être au cœur magique que je suis se révulsèrent à sa vue. Les reflets moirés de ses amples vêtements attiraient mon œil et entraînaient mon esprit dans les tourbillons incontrôlés de l’inconscience. Il semblait flotter parmi les lambeaux brumeux qui dansaient lentement, d’une façon hypnotique.
Nulle magie ne pouvait préparer un être, aussi surnaturel qu’il fut, à une telle vision.
Les paroles d’Orphée me revenaient, se mélangeant aux souffles du vent qui tourbillonnait autour de nous, ses mises en gardes, ses supplications…
Lancelot lui-même, le Preux, a échoué dans cette épreuve. Et tant d’autres encore.

Le froid de son cœur ambré sourdait à travers le vide de son sourire, imprégnant les lieux, s’immiscent jusque à mon âme. Ses démons intérieurs s’insinuaient en moi, faisant naître les souvenirs d’un futur que je voulais fuir, me dévoilant un passé que j’avais oublié.

Pourtant je devais rester, je devais l’affronter. Peut être deviendrai-je un nouveau Tantale, peut-être l’histoire ne retiendrait pas même mon nom. A cet instant j’enviais Galaad, j’enviai sa pureté et son innocence. Mais lui n’aurait pas eu à l’affronter.

Mes erreurs allaient être jugées. Car c’était là plus une psychostasie qu’un véritable duel, encore que des maîtres comme Hermès ou Thot auraient pu en débattre durant des éons. Mon Ka allait être exposé à ces yeux inexistants, à cet être paradoxal qui sans cesse changeait, bougeait, mais restait fixe, toujours égal à lui-même.
Pensez à l’horreur que peut inspirer un tel être, qui est, et qui n’est pas, qui fut, et qui sera. Lumière et ombre réunies dans ce regard pénétrant. Quelle arme allait donc pouvoir m’aider à lutter contre ces angoisses qui naissaient en moi. Il était connaissance, alors que celles que j’avais accumulées au cours des siècles passés auprès de mes frères de Ka me paraissaient futiles et fades. Qui eût pourtant qualifié Merlin d’imbécile ?

Il me fallait réunir en moi tout le courage dont j’étais capable, toute la bravoure inspirée de mes prédécesseurs, et tout le savoir de mes pairs. Telles allaient être mes armes dans cet inévitable combat, inégal, et pourtant juste.

Alors je m’avançai, tremblant de tout mon être, obligé de lutter contre tout ce qu’il m’inspirait d’horrible, tous ces sentiments qu’il réveillait en moi.

Ainsi allait commencer l’éternel combat, celui que beaucoup avaient refusé.

Les filaments de brumes s’enroulaient autour de mes jambes, m’invitant à le rejoindre, comme si je ne devais plus retarder ce moment programmé par l’Eth, comme si lui-même était pressé de découvrir l’issue d’un combat qu’il avait réglé dans les moindres détails.

Alors je fis un pas. J’allais affronter le Gardien d’Agharta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s